Skip to content

Die Zivilisierung der Liebe: Zu Honoré d’Urfés ‚L’Astrée‘

Jörn Steigerwald


Pages 35 - 60



Résumé:
L’article s’interroge sur les questions de savoir comment la passion amoureuse est civilisée dans le roman L’Astrée d’Honoré d’Urfé (1607 – 1629) et comment, par ce biais, l’amour obtient une ‚digne‘ position dans la littérature européenne de la Première Modernité. Pour répondre à ces questions, l’article essaiera de montrer que d’Urfé n’introduit pas seulement l’amour dans la société, mais qu’il civilise aussi l’amour pour qu’il serve de base à une interaction civile, polie et courtoise des sexes. L’Astrée s’inscrit dans la tradition de la littérature pastorale tout en transformant d’une manière fondamentale la relation entre le genre littéraire, le protagoniste et l’action. Dès l’Antiquité jusqu’à la fin de la Renaissance, la pastorale met en relief que l’amour est exclu de la société à cause de sa nature (purement) sexuelle, symbolisée par la figure du satyre, de sorte qu’il doit être placé dans le cadre des bergers et des bergères aussi bien que dans un paysage éloigné de toute civilisation. L’action de L’Astrée, par contre, se déroule en France, plus précisément dans la région de la Loire, et au temps du roi Mérovée, c’est-à-dire à l’origine de la civilisation française. De plus, les protagonistes appartiennent à la haute bourgeoisie voire à la petite noblesse et prennent consciemment le rôle du berger et de la bergère pour mener une vie tranquille, paisible et civilisée en dehors des intempéries de la vie. Ce nouveau cadre du roman pastoral permet à d’Urfé de remodéliser non seulement les relations amoureuses des deux sexes, mais aussi leur interaction d’une manière civilisée en introduisant dans l’espace pastoral du Forez l’idéal de l’‘honnête amitié’. L’exemple de Céladon le met sous les yeux du lecteur : le berger n’est plus un amant passionné, par contre, il se présente dès le début du roman comme un amant pathétique, un vrai ‘héros d’amour’, qui met en relief la valeur de l’‘honnête amitié’ par ces actions nobles. S’y ajoute le fait que les actions des protagonistes montrent une nouvelle modélisation du ‘pouvoir paternel’ : c’est le ‘père tendre’ qui met en évidence la valeur de la ‘tendresse’ non seulement pour toute interaction familiale, mais aussi pour la civilisation de l’amour et, par ce biais, pour la civilisation de la future société française.

Share


Export Citation